Vous êtes ici : Accueil > Cycle 4 > Dictionnaire immunologie
Publié : 19 juin

Dictionnaire immunologie

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

Antibiogramme (n.m) : technique de laboratoire qui permet de tester la sensibilité d’une souche bactérienne vis-à-vis d’un ou plusieurs antibiotiques. Mise en culture d’une population de bactéries dans une boîte de pétri. Puis dépôt des différentes pastilles imprégnées de différents antibiotiques.

Antibiotique (n.m) : molécule qui tue ou empêche la multiplication des bactéries. Un antibiotique est inefficace contre les virus. L’utilisation trop fréquente et sans raison médicale suffisante des antibiotiques favorise l’apparition des bactéries résistantes aux antibiotiques. Une politique de santé publique permet de lutter contre la propagation de la résistance des bactéries aux antibiotiques.
Le premier antibiotique, la pénicilline, a été découvert par Alexander Fleming en 1928.

Anticorps (n.m) : protéine en forme de Y qui reconnait spécifiquement les antigènes circulant grâce à ses deux parties variables : ils interviennent dans la réponse spécifique des lymphocytes B. Ils peuvent être produits en grande quantité et libérés par les plasmocytes, dans ce cas, ils participent à la formation du complexe antigène-anticorps. Leur partie invariable est reconnue par les phagocytes. Ils facilitent ainsi la phagocytose.

Antigène (n.m) : molécule reconnue étrangère par l’organisme capable de déclencher une réponse immunitaire visant à l’éliminer. Attention, pour une bactérie donnée, il existe plusieurs antigènes.

Antiseptique (adj) : substance chimique permettant de détruire ou limiter le développement de tout type de micro-organismes (bactérie, virus, pathogène, microbiote,...).

Antisepsie (n.f) : méthode utilisant des antiseptiques permettant d’éliminer les micro-organismes.

Asepsie (n.f) : méthode préventive qui empêche la contamination par des micro-organismes étrangers. Exemple : utilisation du préservatif, port de masque,...

B

Bactérie (n.f) : être vivant constitué d’une cellule sans vrai noyau de l’ordre du micromètre. Selon sa forme, on parle de bacille (bâtonnet) ou de coque (sphère).

Barrière naturelle (n.f) : structure qui s’oppose à la contamination. Il existe des barrières naturelles physique (peau, muqueuse,...) mais aussi chimique (pH, larmes, mucus,...). Le microbiote participe à ces barrières naturelles.

C

Cellule Présentatrice d’Antigène (CPA) (n.f) : cellule capable d’ingérer des antigènes et de les présenter aux lymphocytes T dans les ganglions lymphatiques.

Complexe antigène-anticorps (n.m) : combinaison d’un anticorps lié par sa partie variable à un antigène spécifiquement reconnu. La formation d’un complexe antigène-anticorps facilite la phagocytose.

Contamination (n.f) : entrée d’un micro-organisme dans le milieu intérieur de l’organisme.

D

E


F

G

Ganglion lymphatique (n.m) : Petit organe appartenant au système lymphatique, Ils sont le lieu de l’activation des lymphocytes T, le lieu de multiplication des lymphocytes B et T activés (d’où leur gonflement lors d’une infection), le lieu de différenciation des lymphocytes B en plasmocytes, des lymphocytes T en lymphocytes T "killer", des lymphocytes B et T en lymphocytes B et T mémoire.

H

Hygiène (adj) : Ensemble des mesures, de gestes, de comportement mis en œuvre pour préserver et pour améliorer la santé.

I

Immunité (n.f) : ensemble des mécanismes de défense d’un organisme.

Immunologie : science qui étudie les réactions immunitaires.

Infection (une) : multiplication de micro-organismes.

J

K

L

Leucocyte (n.m) : (couramment appelé globule blanc) cellule qui participe aux défenses immunitaires. On distingue les phagocytes, les lymphocytes.

Lymphocyte (n.m) : cellule faisant partie des leucocytes. Elles interviennent dans les réactions de défense faisant intervenir une reconnaissance spécifique. il existe deux grandes variétés de lymphocytes : les lymphocytes B et les lymphocytes T.

Lymphocyte B (n.m) : cellule qui permet la reconnaissance des antigènes circulant, "libres" grâce à des molécules en forme de Y appelées anticorps fichées dans leur membrane. Une fois activé, ils vont être à l’origine de la formation des plasmocytes et de lymphocyte B mémoire.

Lymphocyte T (n.m) : cellule qui permet la reconnaissance des cellules infectées ou qui dysfonctionnent. Une fois activé, ils vont être à l’origine de lymphocytes T killer et de de lymphocytes mémoires.

Lymphocyte T "killer" (n ;m). Lymphocyte T ayant acquis la capacité à reconnaitre une cellule infectée (grâce à un récepteur complémentaire au petit plateau présentant les molécules produites au sien d’un cytoplasme de toute cellule de l’organisme).et qui libère des molécules qui vont percer la membrane et activer le programme de "suicide" de la cellule reconnue.

Lymphocyte mémoire (n.m) : lymphocytes qui apparaissent après la reconnaissance d’un antigène et qui vont pouvoir circuler longtemps dans le sang. Ils jouent un rôle important dans la réponse secondaire plus rapide et plus efficace que le réponse primaire. La vaccination utilise ce principe en permettant l’apparition de lymphocytes mémoire reconnaissant l’antigène injecté..

M

Microbiote (n.m) : ensemble des micro-organismes (bactéries, levures, champignons, virus) vivant dans un environnement spécifique (appelé microbiome) chez un hôte (animal ou végétal). Par exemple, le microbiote intestinal de l’espèce humaine.

Micro-organisme (n.m) : visibles au microscope. Il s’agit principalement des bactéries, des virus et des champignons. Ils sont omniprésents dans l’environnement, y compris le corps humain. La plupart des micro-organismes hébergés par l’être humain ne sont pas dangereux et contribuent à le maintenir en bonne santé, mais d’autres peuvent entraîner une maladie.

Milieu intérieur/extérieur (n.m) : « Il y a pour l’animal deux milieux : un milieu extérieur dans lequel est placé l’organisme, et un milieu intérieur dans lequel vivent les éléments des tissus » ( Claude Bernard, 1878). Le milieu est intérieur est le compartiment où l’on trouve le sang. Le milieu intérieur et le milieu extérieurs sont séparés par les barrières naturelles.

Muqueuse (n.f) : mince couche de cellules tapissant les cavités interne de l’organisme en contact avec le milieu extérieur. Exemple : la muqueuse pulmonaire au niveau des alvéoles pulmonaires.


N


O


P

Pathogène (adj) : qui provoque une maladie chez un organisme hôte.

Peau (n.f) : couche épaisse de cellules en contact avec le milieu extérieur qui recouvre le corps des vertébrés.

Phagocyte (n.m) : cellule capable de phagocytose.

Phagocytose (n.f) : processus permettant à une cellule d’englober puis de digérer une substance étrangère. Elle intervient dès de la réaction inflammatoire mais intervient aussi lors de la défense spécifique des lymphocytes.

Plasmocyte (n.m) : il s’agit d’un lymphocyte B capable de produire en grande quantité et de libérer des anticorps, ce qui va permettre la formation d’un complexe antigène-anticorps qui rend plus efficace la phagocytose.


Q


R

Réaction immunitaire (n.f) : mécanisme de défense activé par l’organisme en réponse à une contamination, une infection ou à un dysfonctionnement de celui-ci.

Réaction inflammatoire (n.f) : Réaction de défense de l’organisme, elle se caractérise par une rougeur, une chaleur, une douleur, un gonflement au niveau de la zone blessée.

Réaction spécifique (n.f) : réaction de défense de l’organisme faisant intervenir une reconnaissance d’un antigène. C’est une réaction tardive mais plus efficace que la phagocytose seule. Elle fait intervenir les lymphocytes. Les lymphocytes mémoire permettent de la rendre plus rapide et plus efficace lors d’un second contact avec le même antigène.

S

Séropositif (à un antigène donné) (adj.) : individu qui possède des anticorps spécifique d’un antigène. Attention, il faut toujours préciser l’antigène reconnu par les anticorps. Exemple : on est séropositif au VIH, on possède des anticorps anti-VIH. Tous les individus présentent leur propre séropositivité en fonction des antigènes rencontrés au cours de leur vie.

Séronégatif (à un antigène donné) (adj.) : individu qui NE possède PAS des anticorps spécifique d’un antigène. Attention, il faut toujours préciser l’antigène reconnu par les anticorps que l’on a recherché. Exemple : on est séronégatif au VIH, on NE possède PAS des anticorps anti-VIH.

Spécifique (adj) : qui est propre à quelque chose (ici à un antigène donné)

Stérile (adj) : qui ne comporte aucun micro-organimse ou toxines d’origine microbienne.

T


U


V

Vaccination (n.f) : un procédé qui consiste à introduire un antigène ou plusieurs antigènes (le vaccin) dans un organisme vivant. Il peut s’agir de micro-organismes morts ou atténués, de toxine bactérienne atténuée,... Le vaccin va permettre la mise en place d’une réaction immunitaire primaire des lymphocytes et donc une mise en mémoire des antigènes reconnus. Ainsi lors d’un contact ultérieur avec le pathogène, la réaction sera plus efficace et plus rapide.

Virus (n.m) : élément de l’ordre du nanomètre (100 nm). Il ne peut se multiplier qu’à l’intérieur d’une cellule vivante (cellule hôte). Il est formé d’une enveloppe protéique qui contient son information génétique. Ce n’est pas un être vivant.


W


X


Y


Z